Le changement d’heure : 100 ans d’existence

changement d'heure

Son origine

Pourquoi changer d’heure ?

Officiellement, c’est pour profiter d’un plus grand ensoleillement durant le printemps et l’été. En réalité, le but de ce changement d’heure est de réaliser des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage. En effet, ce changement d’heure vise à faire correspondre au mieux les heures d’activités de la population avec les heures d’ensoleillement afin de limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel. Aujourd’hui, le changement d’heure est particulièrement remis en question et sa suppression est plus qu’envisagée. En effet il aurait des effets négatifs sur notre santé.

Quels sont les pays concernés ?

L’Allemagne est la première à instaurer ce changement d’heure le 30 avril 1916 et est rapidement suivie par le Royaume-Uni le 21 mai 1916, puis par la France le 14 juin 1916. Les États-Unis l’adoptent aussi le en 1918. Le changement d’heure a été abolit puis rétablit en France en 1976, suite au choc pétrolier, afin de limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel et d’ainsi faire des économies d’énergie. Le changement d’heure estival est introduit dans l’ensemble des pays de l’Union européenne au début des années 1980.

Mais aujourd’hui, le changement d’heure est particulièrement remis en question et sa suppression est plus qu’envisagée. En effet il aurait des effets négatifs sur notre santé et le gain énergétique ne serait pas si constaté.

Le changement d’heure fait débat

Sur le plan Européen

Lors d’une consultation citoyenne des Français sur le changement d’heure réalisée par l’Assemblée nationale, 59 % des votants ont plébiscité le maintien définitif de l’heure d’été. La Finlande, le Danemark ou les Pays-Bas se sont quant à eux prononcés en majorité pour l’heure d’hiver. D’ici 2021, une coordination européenne devrait être mise en place afin de trancher définitivement la question. La Commission estime que si un consensus se forme autour de l’arrêt du changement bi-annuel, c’est pour permettre, dans un second temps, aux États membres de choisir leur fuseau horaire et de rester soit à l’heure d’été, soit à l’heure d’hiver. C’est-à-dire au final, si chaque Etat n’en fait qu’à sa tête, de détricoter encore davantage l’Europe des aiguillages et de complexifier les échanges !

Également sur le plan santé ce choix n’est pas anodin et pourrait avoir des conséquences sur la santé ou le sommeil.

Au niveau de la santé

Chaque année depuis 45 ans, on retarde ou on avance d’une heure pleine les horloges et le rythme actuel de la société lors du changement de saison. Ce décalage horaire n’est pourtant pas sans conséquence sur la santé et en particulier sur celle des personnes fragiles.

Lors du passage à l’heure d’été, le manque de sommeil peut provoquer une chute de l’attention, occasionner de la somnolence, de la nervosité ou dégrader l’humeur. De plus, plusieurs études ont démontré une augmentation des infarctus et des crises cardiaques suite au passage à l’heure d’été. Influences en suicidologie : une progression des suicides et de la consommation de somnifères a été constatée en France depuis la crise pétrolière et l’instauration de l’heure d’été (double). L’hypothèse d’un lien de causalité entre ces deux événements a été avancée. C’est cet argument qui a conduit la Russie à abandonner le changement périodique d’heure en 2011

“L’heure d’hiver est celle qui se rapproche le plus de notre horloge biologique naturelle car elle correspond davantage au rythme du soleil et de la lumière, sur lequel notre organisme se régule » affirme Docteur Anne-Hélène Giraud, médecin spécialiste du sommeil à l’Hôpital privé de la Loire, à Saint-Etienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *